Véronique Bessy, femme de rugby

25/09/2015

veronique-bessyL’agence de l’Education par le sport vient de récompenser le projet Femmovalie. Comment est née cette idée ?

« Le projet Femmovalie a été impulsé par le Rugby Club Pays du Gier (département de la Loire, entre Saint-Etienne et Lyon) qui mettait sur le même pied d’égalité l’équipe féminine et l’équipe masculine. Il proposa d’en faire bénéficier les jeunes filles du quartier du grand pont (où est situé le terrain de rugby) afin de leur permettre de s’évader de leur contexte parfois difficile. Pour cela un poste dédié uniquement à ce projet a été ouvert, j’ai alors été recrutée. »

En quoi ce dispositif a-t-il, selon vous, modifié les comportements ?

« Grâce au rugby qui permet à tous les gabarits d’être en réussite, avec des outils pédagogiques j’amène les garçons et les filles à se respecter entre eux. Ensuite les filles prennent confiance en elles, et les garçons et filles se rendent compte qu’elles sont égales aux garçons, même dans le placage… D’après les observations des enseignants, les changements obtenus grâce au cycle de rugby perdurent dans leur classe et dans d’autres contextes. »

Quelles difficultés avez-vous rencontré pour réaliser le projets ?

« Le projet a été difficile à mettre en place dans cette terre de foot où le rugby était peu connu et où il était victime de préjugés énormes (très dangereux pour les filles, transformation des filles en garçons, réservé aux garçons...) Il y avait une réticence des institutions, écoles et centres sociaux… mais une fois que la première porte s’est ouverte avec une initiation, les préjugés des structures et des pratiquantes sont tombés. Le bouche-à-oreille a fonctionné… Depuis, j’ai plus de demandes de la part de ces structures que de créneaux disponibles ! Et les journées de rassemblement filles sont un succès (comme la journée rugby girl au mois de mai dernier).

Pensez-vous que le projet est transposable à d’autres régions ?

« Bien sûr, il est transposable ailleurs mais il faut une structure où les dirigeants acceptent des résultats sociaux, de mieux être, de changements de mentalité en faveur de l’égalité, plutôt que des objectifs en termes de licenciées, et de résultats sportifs. Par ailleurs, nous sommes en train de travailler sur l’évolution du projet en faveur de l’insertion professionnelle. »

Sur un plan plus général, par quels moyens peut-on encore développer l’éducation par le sport dans le pays ?

«  Pour développer l’éducation par le sport, il me semble qu’il faut avant tout de la reconnaissance (agences, fédérations sportives, structures d’états, communes…) afin que les clubs, éducateurs soient soutenus et valorisés dans leur démarche difficile et semée d’embûches. Car notre société soutient moralement et financièrement, les résultats sportifs mais peu l’éducation et la transmission de valeurs ! »

Contact :

Véronique BESSY (Rugby- Club Pays du Gier). vero.rcpg@yahoo.fr

Si vous aussi, entraîneur, éducateur ou dirigeant vous portez un projet sportif structurant et que vous souhaitez en parler et témoigner, contactez-nous sur : sportsetvaleurs@gmail.com