Sylvain Chavanel

Sylvain Chavanel

Sylvain Chavanel

by 06/03/2015
sylvain-chavanel

Extrait de l’agenda scolaire « Sports et Valeurs de l’ association l’enfance de l’art »

Agenda 2008 : « Le sport m’a beaucoup appris des relations humaines.
Il m’a notamment appris la vie en équipe parce que le cyclisme est un sport à la fois individuel et collectif. On ne gagne pas seul. Pour rouler ou pour se protéger du vent, on a toujours besoin du copain.
De même, lorsqu’un sprinter prépare sa fin de course, il faut savoir qu’il reçoit d’abord l’aide de ses coéquipiers pour lui ouvrir la voie et préparer son final.
Le cyclisme donne aussi l’occasion d’une vraie rencontre avec le grand public. Une des richesses de notre sport est cette proximité avec les gens et leur différence. En ce sens aussi, il m’a aidé à m’ouvrir aux autres. »

Agenda 2009 : « J’ai eu la chance de monter sur un vélo à l’âge de huit ans dans une école de cyclisme, et de goûter à ma passion très jeune. Cependant, comme une majorité des enfants de mon âge, j’ai été attiré par le football ou j’ai pu voir naître en moi un implacable esprit de compétition. Un manque de résultat dans cette discipline m’a redirigé rapidement vers le cyclisme, ou les contraintes psychologiques et physiques n’avaient d’égal que la notion plaisir. Si les contraintes sont énormes dans ce sport et dans ce que l’on peu entreprendre dans une vie, alors, je pense que la notion de plaisir, est la seule à pouvoir surmonter ces contraintes.

Devenir un sportif de haut niveau, c’est un objectif que je me suis fixé très jeune, en tenant compte des risques et des sacrifices qu’il fallait faire pour y arriver. Sans forcer mon destin, en respectant naturellement une discipline personnelle et une hygiène de vie irréprochable, j’ai atteint une bonne partie de mes objectifs fixés. J’ai pris des risques en terme de parcours scolaire, et j’ai misé gros sur ma carrière dans le vélo. Avec beaucoup d’audace j’étais conscient que cela n’arrivait pas à tous le monde. Il y a beaucoup de travail, de sueur, de mérite et d’abnégation derrière la vitrine du sport de haut niveau, mais il y a aussi une infime part incontrôlable à ne pas négliger qui s’appelle La chance et le talent. Rare sont ceux qui y arrivent avec comme simples ingrédients, cette chance et ce talent naturel. Ceux-là s’appellent des « exceptions ».

« Etre bien dans son corps, être bien dans sa tête » est la règle primordiale du sportif de haut niveau. Le sport m’a appris un tas de valeurs et m’a offert autant de bonheur que d’étapes plus ou moins difficiles à surmonter dans ma vie. Je ne néglige rien, je prends le bon et je me sers du mauvais pour avancer. »

Agenda 2010 :« Le sport a toujours été pour moi un exutoire, un moyen pour évacuer toute l’énergie que j’ai en moi.
Dans toutes les disciplines, il y a des règles à respecter; pour moi ce sont celles du cyclisme qui me correspondent le plus. L’hygiène de vie qui entoure le vélo parait  peut-être dure mais pour moi elle est assez naturelle et me convient. J’aime les choses droites et ce mode de vie l’est.
Le sport permet aussi d’étendre les contacts avec toutes sortes de personnalités, de m’ouvrir aux gens. Le cyclisme est une discipline très populaire qui m’a permis de combattre une certaine timidité face à des inconnus.
Je pense que tous les enfants devraient pratiquer un sport, cela apporte une maturité, un respect d’autrui et apprend à accepter une défaite pour mieux avancer. L’esprit sportif est un bon état d’esprit. »

Sylvain Chavanel