09/12/2014
diagana

Extrait de l’agenda scolaire « Sports et Valeurs de l’ association l’enfance de l’art »

Agenda 2007 : « La passion est le premier de tous les talents. Sans elle, aucun autre ne peut se révéler, car elle est l’énergie durable et indispensable au travail colossal qui les fera briller de mille feux.

Ainsi va le chemin qui mène des plus beau rêves aux plus grands succès. »

Agenda 2008 : « J’ai eu la chance dès l’âge de 10 ans de pratiquer un sport, l’athlétisme, où les progrès se mesurent en secondes et en centimètres gagnés. Dans ce contexte, j’ai compris très vite que ce qui nous arrive dans la vie, n’était que rarement le fruit du hasard.
Le réflexe de chacun face à l’échec est de rejeter la faute sur l’autre ou sur la malchance; le professeur qui explique mal, qui ne vous aime pas, ou encore celui qui ne vous comprend pas.
Grâce à l’athlétisme, j’ai su très vite que, de mon travail dépendaient mes résultats pour l’essentiel. Comment en effet accuser le chronomètre d’une quelconque injustice ou partialité?
Cette échappatoire étant impossible, vous êtes obligé tôt ou tard d’assumer votre part de responsabilité et de remettre en question votre travail sur le plan qualitatif et quantitatif.
En ce sens, le sport m’a permis de grandir en étant convaincu que je pouvais pour une grande part décider de ma vie. »

Agenda 2009 : « Ne pas chercher à orienter sa vie et ses projets en fonction du regard des autres, du prestige supposé de telle ou telle activité ou de l’argent que l’on pourrait y gagner, mais en fonction de ce qui vous tient le plus à cœur, de ce qui vous passionne, de ce qui vous fait appeler plaisir ce que d’autres appellent travail… C’est le meilleur moyen de s’épanouir, d’exceller, et rares sont les domaines où l’excellence ne rime pas avec métier, reconnaissance et revenus. »

 » Je me souviens d’une finale de Championnat du Monde 1993 au cours de laquelle je me classe 4ème en battant mon record de près d’une demi-seconde. À l’arrivée tout le monde est déçu, sauf moi, car je savais que je ne pouvais pas faire mieux et que j’avais franchi une étape décisive dans mon projet d’être un jour champion du monde ou champion olympique. Deux ans plus tard, toujours au Championnat du Monde, je suis troisième et déçu alors que tout le monde est ravi de cette première médaille sur la scène mondiale. Je savais alors que j’avais mal couru. Ceci vous fait comprendre que la compétition, c’est avant tout une lutte contre soi-même ! »

Multiple champion de France 400m et 400m haies. Champion d’Europe et champion du monde 400m haies.

@StephDIAGANA