Les sifflets contre l’esprit et les valeurs du sport

17/08/2016

Il est urgent de réagir. Urgent de revenir à des Jeux Olympiques qui referont de l’esprit et des valeurs du sport d’absolues priorités. Cette prétention ne relève pas de l’angélisme mais, au contraire, du pur pragmatisme. Si les instances olympiques ne font pas un vrai ménage et ne retrouvent pas cet esprit, c’est en effet toute une chaîne économique et sociale, qui choisira sans doute de tourner le dos et de placer ailleurs ses énergies…

Public brésilien

Autant le dire simplement et fermement, « Rio 2016 » se trompe de couloir et s’avère bien décevant. Déjà secoués par les affaires de dopage, ces JO viennent d’afficher de nouvelles images désastreuses qui témoignent d’une dégradation profonde du fameux esprit olympique. La faute en revient, cette fois, au comportement antisportif d’une partie du public brésilien. Entre la légitimité d’encourager ses athlètes et un affligeant manque de respect de l’adversaire, il y a pourtant bien des nuances à trouver…. Déjà fortement présente au moment du concours de saut à la perche, la bêtise s’est donc invitée au pied du podium.

A l’heure des remises de médailles, tandis que le Brésilien Thiago Braz da Silva recueillait l’or et son triomphe, Renaud Lavillenie a, de nouveau, été conspué par le public. Ignorance, manque de culture de l’athlétisme ? Toujours est-il que les sifflets irrespectueux et blessants ont été adressés au favori de l’épreuve dont l’impressionnant palmarès (recordman du Monde, champion olympique, double champion du Monde, champion d’Europe à sept reprises) invite, au contraire, au respect… Médaille d’argent au cou, le Français a fondu en larmes. « C’est dur, je me suis senti humilié sur le podium, a-t-il confié. J’ai essayé de me retenir pendant la cérémonie mais c’était tellement dur que je n’ai pas pu… » Renaud a raison. C’était à pleurer.

Philippe PERON.