Le Portugal, nouveau maître de l’usure en finale

10/07/2016

Battu par la Grèce, chez lui en finale 2004 (0-1), le Portugal a bien retenu la leçon ! Il a attendu son heure, comme depuis un mois d’ailleurs, pour remporter l’Euro en battant la France, chez elle, sur un but d’Eder (0-1) dans une nouvelle prolongation…

C’était donc l’Euro des trains qui n’arrivent pas à l’heure ! D’ordinaire, l’Italie prenait le meilleur sur l’Allemagne. La Mannschaft s’imposait toujours devant l’équipe de France et la France dominait inexorablement le Portugal. Ce temps-là est fini depuis ce dimanche 10 juillet 2016.

Ce mois de compétition a mis la hiérarchie continentale au trente-sixième dessous. Après l’Islande, la Hongrie, le Pays de Galles, l’Albanie, l’Irlande du nord pour secouer le cocotier, le Portugal est venu casser le rêve français et rompre avec sa série noire de dix défaites en dix matches depuis 1975 !

Un choc entre Dimitri Payet et Cristiano Ronaldo a marqué le début de cette partie fermée et sans relief. Il était dit que le Portugal était protégé des Dieux. Drôle d’image télé : « Un papillon est même venu lécher les larmes de Ronaldo »

Le Portugal, si laborieux dans le tour qualificatif (3e du groupe F derrière La Hongrie et l’Islande), avait des ailes au point de supporter sa troisième prolongation de la compétition. La rentrée d’Eder a été décisive tandis que celle de Gignac a trouvé le poteau (90’). La France était sans doute plus brillante, plus joueuse mais une fois encore cet Euro 2016 était celui de toutes les surprises.

Philippe PERON.