Volet 5 – Jérôme Fernandez : « On est devenu des icônes »

18/12/2015

L’invité de la semaine de Sports et valeurs.com.Quadruple champion du Monde, double champion olympique et triple champion d’Europe de handball, Jérôme Fernandez (entraîneur-joueur d’Aix-en-Provence) s’est confié à Sportsetvaleurs.com. Couvert de médailles au point d’être parmi les plus titrés des sportifs mondiaux, l’emblématique arrière de l’équipe de France n’oublie pas d’où il vient. Quotidiennement, jusqu’à samedi, il livre son sentiment sur son parcours hors norme et sur les étapes structurantes de sa vie sportive.

Une blessure aux adducteurs le prive du Championnat d’Europe.

SPORTS ET VALEURS : En faisant parti des icônes du sport français, vous sentez-vous une responsabilité supplémentaire sur le plan social ?

  • Jérôme FERNANDEZ : « On est devenu des icônes grâce à nos résultats. Je m’en rends compte alors qu’il y a quinze ans, nous étions complètement anonymes. Désormais, il ne se passe pas une journée sans sollicitation donc cela veut dire que notre sport a évolué. Je veux surtout que l’on garde la proximité avec les gens et avec nos supporters. C’est très important. »

Il y a là presque un devoir d’exemplarité. N’est-ce pas lourd à porter ?

Oui et non. Je suis aussi père de famille avec un petit garçon de 8 ans et demi qui fait Water-polo. Je veux avoir un quotidien et une vie comme tout le monde. On peut être observé mais il ne faut pas essayer de sur-jouer. Il faut rester soi-même et ne pas essayer de vendre aux autres ce que l’on n’est pas. »

Et l’avenir, comment le voyez-vous notamment dans votre évolution comme entraîneur-joueur à Aix-en-Provence ?

« Les gens imaginent que la double fonction entraîneur – joueur est plus lourde. Pour ma part, je m’y préparai depuis longtemps. Le l’assume complètement. Je m’organise. Après la reconversion n’est pas forcément facile parce qu’un entraîneur peut se trouver sur un siège éjectable. En même c’est ce que j’aime. J’aime mon sport et le haut niveau. C’est un peu comme quand j’ai commencé ma carrière de joueur, je verrai si je suis fait pour ça. Si ça fonctionne tant mieux. Si je ne suis pas fait pour ça, ça s’arrêtera vite mais il n’y aura pas de regrets car j’aurais essayé. »

Propos recueillis par Philippe PERON. A suivre demain…

Jérôme FERNANDEZ EN BREF. Né à Cernon le 7 mars 1977 (38 ans), 1,99 m pour 106 kg. Champion olympique 2008 et 2012, champion du Monde 2001, 2009, 2011, 2015, champion d’Europe 2006, 2010, 2014. Arrière gauche et meilleur buteur de l’histoire de l’équipe de France. Vainqueur de la Ligue des champions 2005 et 2009.
Ses clubs : Carbon Blanc, Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Barcelone, Ciudad Réal, Kiel, Pays d’Aix. Chevalier de l’ordre national du mérite. Parrain de l’association ELA contre les leucodystrophies.