La France et l’art collectif d’un équipage espagnol

20/06/2016

L’ADN de l’équipe de France est-il composé de ressources mentales hors du commun ? Les derniers résultats en portent le sceau. Avant d’avoir battu au finish, la Roumanie (2-1) et l’Albanie (2-0) en ce début d’Euro, les Bleus avaient aussi arraché des succès préparatoires face au Cameroun (3-2), aux Pays-Bas (3-2) ou au Portugal (1-0).

Champions du money time, ils sont toutefois en quête d’un collectif beaucoup mieux huilé : plus fluide, plus inspiré et mieux équilibré pour ne pas dépendre à nouveau d’un exploit individuel. Et là il y a des leçons à prendre chez les voisins. Le jeu en équipe est un art. Un partage. L’Italie a réalisé un modèle du genre face à la Belgique (2-0).

Comme un équipage

L’Italie a impressionné mais que dire de l’Espagne ? Face aux Turcs, l’Espagne, fait mieux que jouer en équipe. Ses joueurs manœuvrent en équipage. C’est le degré au-dessus dans l’harmonie collective. Le fin du fin. Les champions d’Europe en titre composent un supplément de cohésion. Un équipage suppose d’apporter, non seulement, une contribution à la solidarité commune mais aussi de connaître et d’anticiper la mission et les déplacements de chaque partenaire. La minutie du mécanisme d’horlogerie dépend finalement de tout monde. Somptueux joueur, Andrès Iniesta illustre à merveille cette rarissime spécificité collective qui a déjà couvert l’Espagne de gloire et de titres.
D’Iniesta à Deschamps

Avant même de recevoir le ballon, le milieu de terrain du Barça semble déjà savoir où et à qui il va le redonner. Ceux qui l’entourent n’en sont pas moins subtils, mobiles et disponibles pour faire l’effort de plus et lui offrir d’indispensables solutions. L’équipage espagnol peut donc ramer vers un nouveau sacre tant sa maîtrise retrouvée à valeur d’exemple.
Un football altruiste qu’un Didier Deschamps ne peut qu’aimer. Si longtemps, le sélectionneur national a, lui-même, joué le serviteur, récupérateur et porteur d’eau pour les Zidane et consorts. Il connaît donc le chemin du partage, des égos mis de côté et d’une générosité que symbolise la passe à l’autre.

Philippe PERON.