Euro 2016 : « Avec des Bleus au cœur… »

Euro 2016 : « Avec des Bleus au cœur… »

Euro 2016 : « Avec des Bleus au cœur… »

by 09/06/2016

Les Bleus ne nous font pas rêver ! Sans doute ont-ils le potentiel pour y parvenir mais les footballeurs, comme les musiciens, ne se paient jamais avant la fin du bal. On rêve pourtant d’entrer dans la danse de l’Euro et qu’ils se mettent à nous faire rêver en Bleus des villes et de Deschamps.

D’abord face à la Roumanie (10 juin), la Suisse (15 juin) puis l’Albanie (19 juin), nous comptons sur eux pour qu’ils nous rendent le quotidien plus doux, plus paisible, plus fraternel.

Des victoires, du jeu, du plaisir et de la bagatelle, voilà ce qu’il nous faut pour oublier l’ambiance nationale si tendue socialement, politiquement et économiquement. Oui, c’est une France avec des bleus au cœur qui rêve soudain d’une grande bouffée d’oxygène !

A la pression naturelle d’une compétition s’ajoute celle du pays organisateur, voire d’un favori et la sélection française n’avait pas besoin de se voir affligée d’un tel fardeau. D’une pareille responsabilité dans l’art de ménager une cohésion sociale si mal en point. En 1984 et 1998, lorsqu’elle a accueilli puis remporté l’Euro et la Coupe du Monde, l’équipe de France avait le cœur plus léger et une mission sociale bien moins lourde.

La France a aussi des bleus au cœur parce qu’elle panse encore les plaies des attentats de Paris ou le souvenir du temps où tout le monde s’appelait Charly. La France fait l’Euro 2016 en état d’urgence et sous menace terroriste. Oui, elle rêve des Bleus mais elle rêve surtout de paix, d’unité et d’une compétition capable de rassembler les peuples et les communautés. Jetons un ballon au milieu d’une cour d’école et les enfants vont se précipiter autour de lui pour jouer ensemble. On aimerait que ce soit encore vrai.

Philippe PERON.