Dur de vendre du bleu quand tout n’est pas rose…

12/11/2015

Patrick Kanner, le ministre des sports propose la mise à l’écart de la sélection nationale d’un joueur mis en examen. N’est-ce pas la moindre des choses au nom du devoir d’exemplarité ? A vrai dire, il y a belle lurette que la disposition devrait être automatiquement appliquée même si la présomption d’innocence vient en tête de toutes les formes de gestion de crise.
Patatras ! A sept mois d’un Euro 2016 où la France aspire à montrer la plus belle image possible du pays et de son football, l’affaire Benzema – Valbuena vient polluer les bonnes volontés et bouleverser les plans de communication. Difficile de « vendre » du bleu quand tout n’est pas rose et exemplaire.
Un simple passage dans la colonne « fait divers » et – une nouvelle fois – c’est tout un message qui se brouille. De quoi crisper et énerver ceux qui, à la base, s’échinent, au contraire, à faire du sport un vrai levier éducatif.
Heureusement, chaque médaille a son revers. Il suffit de choisir le côté qui scintille et éclaire le chemin. Pendant que l’affaire éclatait dans les médias, un autre footballeur poussait les portes d’une maison d’arrêt. Jocelyn Gourvennec est allé parler de sa passion aux détenus de Saint-Brieuc. Tout a débuté par la visite du terrain de football. « Un terrain de foot avec des barbelés en haut des murs, c’est particulier, a confié l’entraîneur d’En Avant de Guingamp. Normalement, un terrain de foot c’est la liberté… » Il y a des jours où la lumière qui monte de l’ombre prend l’actualité à contre-pied. Les bons exemples ont le « défaut » des trains qui arrivent à l’heure. Ils attirent beaucoup moins le jeu des projecteurs.
Philippe PERON.