Brian Joubert

11/03/2015
brian-joubert

Extrait de l’agenda scolaire « Sports et Valeurs de l’ association l’enfance de l’art »

Agenda 2007 : « Le sport est la meilleure école de la vie. Il nous apprend à nous battre, en nous montrant que rien n’est acquis, qu’il faut toujours travailler et ne jamais baisser les bras. Grâce au sport, j’ai appris à respecter les autres, aussi bien mes entraîneurs que mes adversaires. Et c’est aussi un bon moyen de connaître les gens, de savoir qui ils sont réellement dans la vie. »

Agenda 2008 : « Avec le sport, on prend conscience que l’on n’a rien sans rien. Il faut travailler énormément. C’est pareil dans la vie de tous les jours. Que ce soit pour quelqu’un qui va au travail, ou pour un étudiant qui veut avoir ses diplômes.
Le sport apprend aussi le respect d’autrui. Entre patineurs, même si l’on est concurrents, il faut se respecter.
Enfin, dans le sport, on est souvent amené à surmonter des épreuves. Comme dans la vie, il y a des moments difficiles. C’est un combat perpétuel. Il faut toujours savoir se remettre en question. C’est une notion qui m’est très utile dans mon quotidien, en dehors du sport. »

Agenda 2009 : « Le sport de haut niveau nous inculque le respect des autres (adversaires comme co-équipiers ou encore entraîneurs ou arbitres). Beaucoup de gens gravitent autour des sportifs de haut niveau, et je pense qu’il faille se méfier et être prudent. Que ce soit dans la vie comme dans le sport, « on a rien sans rien » et le sport vous le fait comprendre naturellement avec les heures d’entraînements. Si vous voulez exceller dans votre discipline ou dans un domaine, il faut prendre du plaisir à s’entraîner dur. Je ne pense pas qu’il y ait de recette pour devenir un sportif de haut niveau. Par contre, je suis sur qu’il y a des ingrédients incontournables comme le travail, la déception, la souffrance mais aussi et heureusement, la joie. »

Agenda 2010 :« Après l’échec des JO de Vancouver, il a fallu que je me remette en question. Des mauvaises passes, on en a tous dans la vie. Moi, je n’en avais jamais connu. Pas à ce point en tout cas. Je me suis demandé: « Est-ce que tu es encore fait pour la compétition ? Est-ce que tu as l’envie, la motivation ? ».
L’idée d’arrêter ma carrière m’a traversé l’esprit. Après les JO de Turin, j’avais rebondi en devenant vice champion du Monde à Calgary. Je m’étais posé les bonnes questions. J’avais trouvé les bonnes réponses. J’espère en avoir fait autant. »

Champion du monde 2007, Multiple médaillé aux championnats de France et d’Europe.

www.brian-joubert.com/