Action basket citoyen fait le bonheur du grand Lyon

08/01/2016

En 10 ans, dans le « grand Lyon », action basket citoyen a fait ses preuves dans les quartiers notamment grâce à son projet d’éducation citoyenne. Cette dernière saison, son dispositif a accueilli 1600 jeunes sur son bus et il est intervenu auprès de 1700 scolaires. Découverte d’une initiative exemplaire en compagnie de Jean Belmer, un de ses fondateurs.

Jean Belmer, vous étiez à la genèse des choses. Comment est née « Action basket citoyen » ?

  • « Action Basket Citoyen est née d’une action menée en 2006 alors que j’étais président d’un club de basket très classique à Villeurbanne. Avec le basket Charpennes Croix Luizet, nous avions organisé un championnat playground des quartiers. C’était dans le cadre de la politique de la ville du Grand Lyon avec des étapes aux Minguettes, à Vaulx-en-Velin, à la Duchère… L’objectif était d’amener les jeunes au basket grâce à un Bus offert par le SYTRAL (transports en commun Lyonnais), graphé et aménagé en terrain de basket ambulant pour aller au pied des tours. Ce fut un énorme succès et nous avons remporté le trophée national de « Fais nous rêver » 2006. »

Comment en êtes-vous passé à un dispositif plus structuré ?

    « Le playground s’adresse aux plus de 16 ans, or nous avions constaté sur site, l’énorme envie des 8 – 16 ans. Drainer les jeunes de Vénissieux ou de la Duchère vers Villeurbanne pour une activité régulière est impossible. Notre action a fait naître l’envie auprès des jeunes mais aussi des autorités locales : il fallait donc continuer. Alors, avec mon équipe d’éducateurs, nous avons quitté le BCCL pour créer Action Basket Citoyen en 2007. Nous avons équipé un nouveau bus avec des panneaux à hauteur variable pour tous publics cette fois. »

Aujourd’hui, tout semble parfaitement rodé…

  • « D’avril à Octobre nous animons les mercredis après-midis aux Minguettes à Vénissieux, à Pierre-Bénite, Lyon,… Toutes nos animations sont menées en partenariat avec les structures sociales locales et avec les clubs du quartier. Depuis 2007, nous inscrivons 1500 jeunes de 4 à 15 ans chaque saison sur notre bus et 50 d’entre eux s’inscrivent dans les clubs partenaires. »

Vous avez également élargi votre dispositif ?

  • « Oui. Cette faible proportion de jeunes à rejoindre les clubs partenaires, nous a incités à compléter nos actions dans ces quartiers. Des interventions en milieu scolaire ont été programmées et en 2013 nous avons monté notre projet d’éducation citoyenne. »

En quoi consiste-t-il ?

  • « Dans chaque quartier où nous intervenons, nous proposons un éducateur référent. C’est un jeune que nous embauchons en emploi d’avenir mais en CDI et à temps plein. La première année, il passe son Brevet d’État (DEJEPS ou BPJEPS) et partage son temps (35 h) entre nos activités dans les écoles (périscolaire) et collèges. Sa participation va donc également de l’équipe d’animation du bus le mercredi après-midi à une mission d’assistance technique au club du quartier pour y entraîner une équipe de jeunes. Son action facilite la transition des jeunes de la rue ou de l’école vers le club. »

En 2006, vous aviez déjà reçu le trophée national de « Fais nous rêver » 2006. » En 2015, vous avez été de nouveau récompensés ?

  • « Notre première intervention en collège Gabriel-Rosset depuis 2013, nous a effectivement valu le Grand Prix « Fais nous rêver » 2015. Nous continuons nos mercredis après- midis dans ces mêmes quartiers et aux Minguettes. A ce jour nous avons monté ce projet dans quatre communes : Lyon 5, Lyon 7, Lyon 8 et Vaulx-en-Velin. Nous intervenons dans 7 écoles élémentaires et dans 3 collèges. »

Cela suppose désormais une grosse organisation n’est-ce pas ?

  • « Notre équipe est composée de 6 salariés en CDI à temps plein (1 Directeur du Développement – DUGOS-, 1 Directeur pédagogique – BEES -, 1 Directrice technique -DEJEPS-, 2 éducatrices sportives – BPJEPS & BPJEPSAPT -, 1 éducateur sportif – BPJEPS). Cette équipe est complétée par des assistants bénévoles, notamment pour l’animation de fêtes de quartiers, les samedis après-midis. Lors de cette dernière saison nous avons accueilli 1600 jeunes sur le bus et nous sommes intervenus auprès de 1700 jeunes en établissement scolaire. »

Comme tous les porteurs de projet, on vous sent passionné et intarissable sur le sujet ?

  • « J’ai encore beaucoup de choses à dire mais ce serait long à expliquer. Retenez que, depuis deux ans, nous intervenons dans une école en temps scolaire. Dans 9 classes, nous y utilisons le basket pour faciliter l’apprentissage des maths, des sciences, de l’expression écrite et orale, de l’éducation citoyenne. Pour aller dans des endroits plus restreints, nous avons ajouté au Bus un Van offert par la Fondation Vinci. De même, pour intéresser un plus grand nombre de jeunes, les samedis après-midis, nous sommes en partenariat avec des grapheurs (La Coulure), du BMX (La Rage), des échecs (Lyon Olympique Echecs), du Hand Ball, du Rugby… Tout cela a été mis en place au sein d la Caravane des pratiques urbaines (montées avec le CDOS Lyon Métropole). »